Archive for Le Thomsonaute

Demonia

Un jeu aussi démoniaque que son titre

Un jeu aussi démoniaque que son titre

 

D’abord, il y a les jeux qui nous ont marqué mais dont on se souvient. Logique. Ensuite, il y a les jeux qui ne nous ont pas marqué et dont on ne se souvient pas. Logique aussi. Après, il y a les jeux qui ne nous ont pas marqué mais dont on se souvient quand même. Moins logique, mais pourquoi pas ? Enfin, il y a les jeux qui nous ont marqué et dont on ne se souvient pas. Pas logique du tout ? Certes. Mais c’est pourtant le cas de Demonia.

 

Lire la suite

Alienator

Alienator compte parmi les quelques jeux développés par la toute jeune Ubisoft sur Thomson, aux côtés notamment de l’excellent Masque +.

 

Nous sommes en 1989. Date fatidique pour quiconque à l’époque possédait un ordinateur Thomson, c’est-à-dire pas grand-monde. Face à son incapacité à concurrencer sur le terrain des 8 bits Amstrad et Commodore (sans même parler des consoles), Thomson annonce mettre fin à son incursion dans le monde informatique. Et je me retrouve un peu orphelin avec mon TO8D. Morose contexte en somme, dans lequel Alienator est arrivé entre mes mains, dernière disquette de jeu Thomson à rejoindre ma collection.

 

Lire la suite

Bob Morane Chevalerie – Jungle – Science-fiction

Trois jeux pour le prix… de trois. Chaque Bob Morane coûtait alors 245 francs, soit pour l’époque environ 60 euros le jeu.

 

« Égaré dans la vallée infernale, le héros s’appelle Bob Morane »… Oui j’ai bien conscience qu’une citation d’Indochine pour débuter un article sur Bob Morane n’est pas très originale. Mais ce n’est pas totalement hors-sujet non plus, puisqu’il se dit que la chanson et son succès sur les ondes ne sont pas étrangers à l’envie d’Infogrames de consacrer pas moins de trois jeux au personnage de Bob Morane à la fin de l’année 1987.

 

Lire la suite

[Hors les murs] Samantha Fox Strip Poker – Amstrad CPC

La renarde au pays des pixels.

 

Je vous parle d’un temps que les moins de trente-cinq ans ne peuvent pas connaître… Oui, en même temps, on peut aisément ressortir cette rengaine dès qu’il s’agit de parler de retrogaming. Mais tout de même, en ce qui concerne le genre du strip-poker sur micro, c’est particulièrement adapté. Nostalgie oblige, je m’autorise à faire une infidélité au Thomson pour parler de l’un d’entre-eux qui aura marqué ma pré-adolescence : Samantha Fox Strip Poker.

 

Lire la suite

L’Arche du Captain Blood

Saluons Nicolas Massonnat, qui signe un portage honnête et décent de Captain Blood sur Thomson.

 

Vous aimez les histoires de concepteurs de jeux vidéos transposés dans l’univers de leur propre création ? Vous avez aimé Tron et Another World ? Alors vous aimerez sans doute L’Arche du Captain Blood, où notre héros vole de planètes en planètes afin de retrouver et de détruire ses cinq clones, perdus dans l’immensité d’un univers délirant. Tout cela pour se réapproprier son énergie vitale et, accessoirement, pécho la bonnasse de la galaxie, alias Torka la belle Ondoyante.

 

Lire la suite

Mission : Liftoff

Quelle différence entre un jetpack et des haricots magiques ?

Quelle différence entre un jetpack et des haricots magiques ?

 

Des fois on écrit sans le vouloir des grosses bêtises. Par exemple, dans l’un de mes premiers billets, j’avais affirmé que oui, les micros Thomson étaient morts. C’était sans compter sur les passionnés qui œuvrent toujours à faire vivre la machine, en concevant des émulateurs, en réalisant des démos, voire carrément de nouveaux jeux comme celui dont nous allons parler aujourd’hui. Bon, ça ressemble quand même pas mal à de la respiration artificielle, mais chuuuuut.

 

Lire la suite

Vie et mort des dinosaures

Le partenariat Infogrames / fondation Diderot vaut au jeu de figurer au Musée national de l'éducation.

Le partenariat entre Infogrames et la Fondation Diderot vaut au jeu de figurer au Musée national de l’éducation.

 

Quel enfant n’aime pas les dinosaures ? À part, bien sûr, ceux qui tentent de survivre au quotidien contre la famine, ceux qui se retrouvent dans des embarcations précaires sur la Méditerranée dans l’espoir de gagner les côtes italiennes, ou ceux qui travaillent d’arrache-pied dans des usines pour fabriquer des produits Apple hors de prix. Ça y est, vous êtes déprimés ? On peut commencer l’article, alors !

 

Lire la suite

Game Over

Quand l'écran titre du jeu s'intitule Game Over, le ton est donné...

Quand l’écran titre du jeu s’intitule Game Over, le ton est donné…

 

« Dans une autre galaxie, très loin d’ici, dans un autre temps »… Bon, si ça vous rappelle quelque chose, je n’y suis pour rien : je cite la notice du jeu. Toujours est-il que Arkos est bien résolu à mettre fin à la mégalomanie de Gremla, en usant nous dit-on de « toute son habileté et sa ruse ». Ce qui, en termes de jeux vidéos, signifie foncer droit devant soi en tirant dans le tas.

 

Lire la suite

Opération Jupiter… sur Thomson ?

Le car fauché du GIGN face à la bagnole de luxe des preneurs d'otages. Un portrait fidèle de la gendarmerie des années 80.

Le car fauché du GIGN face à la bagnole de luxe des preneurs d’otages. Un portrait fidèle de la gendarmerie des années 80.

 

Non, bien sûr que non, l’image ci-dessus n’est pas tirée d’une version Thomson d’Opération Jupiter. Il s’agit d’une capture d’écran de la version Atari ST. Opération Jupiter n’est sans doute jamais sorti sur Thomson… à ce que je sache. Pourquoi n’en suis-je pas certain ? Parce que cette sortie avait bel et bien été annoncée. Retour rapide mais bavard sur une grosse frustration de mon enfance.

 

Lire la suite

Turbo Cup

René Metge, parrain du jeu, en mode pixel-art involontaire.

 

Piloter une Porsche Turbo sur quelques uns des plus prestigieux circuits de France, sentir le crissement des pneus en s’engageant dans des virages forcenés, s’accrocher à son levier de vitesse comme aux palpitations de son cœur, lancé à toute allure sur un bitume ardent. Qui n’a jamais rêvé de tout cela ? Moi. Je n’en ai rien à foutre. Je n’ai même pas le permis.

 

Lire la suite